coucher de soleil Tahiti - Un défi ENOOORME - Tim Moffatt - https---www

 

J’ai décidé de me lancer un défi énooooooorme!!!!!

  • Un défi de partage d’expérience
  • Un défi pour faciliter votre quotidien.
  • Un défi pour vous donner des trucs et astuces.
  • Un défi pour affermir votre style de commandement.
  • Un défi pour partager.


Quel que soit votre niveau de responsabilité, vous trouverez dans ce défi une source d’inspiration pour votre quotidien de jeune cadre militaire. Un défi que je compte faire durer pendant 22 semaines, et vous allez bientôt savoir pourquoi.

Mais avant de vous le révéler, je vais vous raconter une histoire:

Cette histoire se passe en Écosse, à Edinburgh…

J’avais 19 ans.Je devais partir avec un pote passer les vacances d’été au pays des roux. Le but : perfectionner notre anglais.
On avait préparé notre voyage comme on se dit qu’on va boire une bière. Ça nous faisait rêver, c’est tout!!! On s’est dit, en avant.

Coucher de soleil

Sûrement plus réaliste que moi, mon pote me fait faux bond à 10 jours du départ. Moi, mon billet était payé avec de l’argent avancé par mon père. J’étais furieux, même si mon pote avait plein de raisons de ne pas venir. Et là, l’évidence m’apparait: qu’est ce que je vais bien pouvoir faire pendant 5 semaines au pays du whisky. Boire des Guinness et du Loch Lomond, c’est bien… maxi pendant une semaine. Après, soit il faut avoir les finances qui suivent, soit on s’emmerde grave!

Je téléphone à ma mère.

Je lui explique que je préfère aller à Madrid chez un cousin qui a une baraque avec piscine. C’est un peu plus sexy que 5 semaines tout seul au pays des Scottish!
Hé bien non, elle insiste.

Je réplique :
« Mais, je ne sais même pas où dormir à Edinburgh »

Elle me répond :
« Mais enfin, Rodolphe, il y a des ponts à Edinburgh!!!!! »

 

Face à cet argument percutant…
je suis parti au pays de Braveheart.

Pont Edinburgh

Une fois sur place, j’ai passé deux jours à galérer. Deux jours à me demander ce que je foutais là. Deux jours à calculer qu’avec 110£ en poche, et la nuit à 11£ dans le taudis que j’avais trouvé… je pouvais me loger pendant 10 nuits sans bouffer ni boire.

Bref, j’étais dans la merde.

La journée, entre deux coups de fil à des annonces de recherche d’emploi, je regarde le ciel et les longues traces blanches des avions de ligne. Mais qu’est ce que je fous ici???

Le deuxième jour, il pleuvait… Il pleuvait de cette pluie fine qui transperce les vêtements, avec un vent qui fouette le visage… Un truc qui vous fait regretter les plages bondées de la côte d’azur… avec ses odeurs de crème solaire… et de transpiration.

Je venais de postuler pour un job de commis-boulanger… Je pensais que parler français, pour faire du pain, c’était un gage de qualité… Je me suis fait jeter!

Bref.

Il me restait bien un truc un peu bizarre, à l’autre bout de la ville. 2 heures de marche plus tard. Je suis dans un bureau capitonné où l’on m’explique que je peux être Street Salor… a what?

Un représentant de commerce.

Je dois vendre des articles en tout genre, et je suis payé à la commission: Je ne vends rien, je ne gagne rien. :-(

Je parle anglais comme une vache espagnole, alors, vendre des articles au porte-à-porte… le challenge s’annonce difficile! On me propose une formation expresse d’une heure pour de la technique de vente. Le stress monte… j’ai les mains moites. Il fait plutôt froid dans ces grands bureaux, mais j’ai des gouttes de sueur qui perlent sur mon front.

Ça y est, je suis embauché pour mon premier vrai boulot de toute ma vie. À côté de ça, mes expériences de cueillette du tabac ou des vendanges, c’est de la gnognote!

Les premiers jours sont difficiles, je ne vends pas grand-chose…

Et toujours la question récurrente: « Mais qu’est ce que je fous là, à vendre des boites de crayons de couleur, des mini radios, des tournevis multifonctions et tant d’autres articles bon marché? »

Et puis, après trois jours de galère, tout décolle. J’ai le déclic. Les ventes cartonnent. Je gagne une fortune tous les jours!!! C’est l’effervescence. Le soleil est revenu. Il fait une douce chaleur et je suis heureux de me balader avec mon gros sac dans les rues de la capitale écossaise. Ce n’est pas ma vocation, mais je gagne très bien ma vie, et surtout, j’apprends énormément.

Après avoir travaillé 15 jours de plus, je décide de profiter de mes vacances. J’ai gagné suffisamment d’argent pour rembourser à mon père le billet d’avion, et voyager dans toute l’Écosse. Je me sens l’âme à défier le monstre du Lockness! Je suis remonté à bloc.

Je suis fier et, finalement, je sais pourquoi je suis venu en Écosse: pour y vivre une aventure extraordinaire.

C’est dans cet état d’esprit que, depuis, j’aborde la vie. Et c’est un peu pour ça aussi que je me lance mon fameux défi.

insigne 110 RI

Un défi que je ferai pendant 22 semaines. Pourquoi? Parce que 5 jours par semaine pendant 22 semaines, ça fait 110. 110, c’est le numéro du dernier régiment français stationné en Allemagne. Et c’est dans ce régiment que j’ai commandé ma compagnie…

J’ai aussi participé à la dissolution de ce même  « régiment de Port-au-Prince. » Et puis, j’ai pris un congé sans solde. J’ai suivi mon épouse, professeur de français, latin et grec.

Ce n’est pas courant de suivre son épouse…
Vous comprendrez pourtant très vite pourquoi:

Elle a eu un poste à Tahiti en Polynésie Française pour deux ans! Il se trouve aussi que c’est mon lieu de naissance. Un retour aux sources. La vie en état major ne me séduisait pas outre mesure. Celui de remettre la tête dans de noirs bouquins, encore moins. Nous avons donc décidé de nous lancer dans cette aventure à l’autre bout du monde.

Je travaille actuellement sur un projet de création d’entreprise. J’aurai sans doute l’occasion de vous en parler plus tard.

Toujours est-il que je vous écris depuis Tahiti et que ce changement de vie assez radical me plait énormément.

coucher de soleil Tahiti

Me lancer des challenges, me mettre en difficulté et voir ce dont je suis capable.

L’expérience tahitienne actuelle en est une forme. Vais je réussir autant qu’en Écosse? Vous le saurez en suivant ce blog et le défi que je me lance…

.

Mon défi ?

5 vidéos par semaine pendant 22 semaines, pour partager mes super ficelles, mes tomazes, mes bons plans… accumulés au cours de mon expérience militaire et civile. Des vidéos les plus courtes possible pour permettre à ceux qui le veulent de les regarder chaque jour et s’en inspirer au quotidien.

Des trucs pragmatiques qui facilitent la vie.

Pour commencer, cliquez ici pour recevoir gratuitement mon bonus: les trois outils DE BASE à mettre en place pour un commandement serein.

J’ai fait ce bonus parce que ces sont, pour moi, les trois outils primordiaux que vous pouvez mettre à votre sauce. Ils sont la base d’une bonne organisation. Ils sont adaptables à toutes les structures et tous les formats. Que vous soyez responsable de 5, 10, 20, 50 ou 150 personnes, ces outils fonctionnent. Je les ai utilisés.

C’est quand un de mes anciens lieutenants m’a contacté pour me demander comment était structuré mon cahier magique que je me suis dit qu’il fallait le partager.

Maintenant, la balle est dans votre camp. C’est vous qui êtes aux commandes. Faites-vous une opinion avec mon bonus. Essayez, vous ne serez pas déçu!

 

À vous de jouer et de mettre à votre sauce ces bons plans.

Je vous dis à très bientôt dans un prochain article ou une prochaine vidéo. :-)

Rodolphe de mon-capitaine.com

PS: Si mon histoire écossaise vous a plu, je vous raconterai une prochaine fois, comment, l’été suivant, j’ai été… coiffeur à New York!