chargez les images pour voir la photo

Un jour, j’ai rencontré un gars bizarre, atypique. 

Et j’ai appris un truc qui peut, vous aussi, vous faire gagner un temps fou !

On était dans un endroit plutôt formel, ambiance costume et petits fours. 

On venait d’entendre des discours et je m’attendais à m’ennuyer 

en échangeant des banalités avec tous ces inconnus guindés dans leur costume.

Et puis je tombe sur ce gars, Michel (appelons-le comme ça)

Je discute avec lui depuis moins de 3 minutes quand on commence à rentrer dans une vraie discussion. 

Ce genre de discussion véritablement profonde dans laquelle on fait un bond incroyable dans sa réflexion personnelle. 

Ce genre de discussion où plus rien autour n’a d’importance. 

Le temps s’arrête.

Je vous la fais synthétique.

Il me dit que pour gagner du temps dans son job, il fait trois choses. 

Et à partir de ces trois choses, cela va déterminer ses axes d’effort. 

Concrètement, il a de l’énergie à mettre dans son travail mais il est paresseux et ne veux pas atteindre ses objectifs en faisant les choses au petit bonheur la chance. 

Il veut se concentrer sur l’essentiel et y mettre toute son énergie. 

En vrai, il applique deux des trois principes de la guerre : 

  • Concentration des efforts
  • Economie des forces. 
  • Le troisième je vous le dirai un autre jour 😉

J’aime les paresseux parce qu’il vont à l’essentiel. 

Et trop souvent les gens (moi en premier) sont des laborieux. 

Parce qu’on croit qu’en travaillant beaucoup, on pense obtenir plus de résultats. 

Alors qu’il suffit de réfléchir sur l’objectif à viser, prendre le temps de viser et agir efficacement. 

C’est beaucoup plus efficace que de commencer par agir sans réfléchir (ou agir comme on a toujours fait).

#penserendehordelaboite

Trois choses pour bien comprendre la façon dont il prépare son travail :

Premièrement : Identifier le seuil de Peter de chacun

« Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever jusqu’à son niveau d’incompétence. »

Qui autour de moi a atteint ce niveau d’incompétence ? 

Qui est encore dans sa zone de progression ?

Deuxièmement : Tout le monde est soit chien, soit chat, soit singe. 

Le chien cherche un maître qu’il va servir en échange d’une récompense : sécurité, argent, égo…

Le chat cherche à protéger la maison, l’institution, le contrat social, la société… 

Le singe saute de branche en branche et va là où il y a le plus de fruits.

Il m’explique qu’à travers ce prisme, on comprend beaucoup de choses sur la façon dont les gens fonctionnent. 

et ça ne sert à rien de parler à un chat comme on parle à un chien ou à un singe.ç

(je peux développer mais ce n’est pas le moment.)

Troisièmement : Les pyramides de pouvoir et d’influence

Premier temps : On dessine la pyramide hiérarchique : qui bosse avec qui et qui est le chef de qui (facile)

Ensuite, on prend tous les acteurs de cette hiérarchie un par un. On les met en rond sur une feuille de papier et on détermine qui influence qui et qui est en conflit avec qui. 

On prend celui qui a le plus d’influence et le moins de conflits et on le met en haut d’une nouvelle pyramide.

C’est ce qu’on appelle la pyramide d’influence.

Et c’est sur cette pyramide là qu’il faut travailler pour être efficace. 

Pourquoi ? 

Convaincre le chef de la pyramide hiérarchique c’est la solution classique laborieuse.

Identifier le chef de la pyramide d’influence et concentrer ses efforts sur lui pour le convaincre, c’est beaucoup plus efficace.

Comprendre comment cela fonctionne pour l’utiliser, être plus efficace, et gagner un temps fou voilà ce que je vais développer.

Je vais bientôt faire une web-conférence pour parler de tout ça. 

Pour être sûr que je vous parle de choses dont vous avez vraiment besoin, merci de prendre le temps de répondre à ces quelques questions

Merci et à bientôt le plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *