traité copie
INTRODUCTION AU SIÈCLE DES MENACES

 

Auteur : Jacques Blamont

 

Identification de l’auteur: Jacques Blamont est l’un des pères fondateurs de l’Europe spatiale, pourtant cet astrophysicien aperdu la foi dans le progrès technique. Universitaire, académicien, physicien il est passionné parles astres jusqu’au jour où son regard s’est à nouveau posé sur la Terre et ses misères. Son livre est le portrait d’un grand chercheur saisi par le doute.

 

THÈSE PRINCIPALE

 

L’ouvrage met en cause une machine infernale de progrès scientifique. Sa thèse est simple et se résume dans le prologue. L’auteur raconte qu’en 1993, lors d’une mission au Jet propulsion Laboratory face à un cas d’extrême misère, il a pris conscience du fait que la science fondamentale, qu’il croyait capable d’élever le niveau matériel et moral de l’humanité, n’était qu’un aspect trompeur « quelque chose d’énorme et de mystérieux », un mécanisme implacable mis en marche pour détruire la civilisation.

 

Ce mécanisme, c’est le développement des sciences et des technologies, produisant un développement exponentiel des populations et des besoins sur une Terre où les ressources actuelles et futures se révèlent incapables de faire face à une telle demande. Il en résulte déjà uneinégalité insupportable entre les favorisés dont le revenu dépasse les 50 $ par jour et les« milliards d’hommes à 1 $ »

 

Le sommaire de l’ouvrage est le suivant :</div>
 

1 : Le moteur de l’histoire
2 : les invariants
3 : les racines de l’hyperpuissance
4 : Cyberwar I : la théorie
5 : Cyberwar II : La pratique
6 : Le bunker Amérique
7 : Puissance et jouissance
8 : La menace
9 : Écrit sur le mur
Développement

 

Le chapitre 1, intitulé le moteur de l’histoire décrit l’explosion des sciences et technologies de l’information, entretenue au rythme de la loi de Moore par un doublement tous les 18 mois des performances des systèmes. Ce sont les États-Unis qui ont été à la naissance de cette explosion techno-scientifique. Ils continuent d’ailleurs l’entretenir et à en bénéficier par des investissements colossaux, d’autant que le mouvement se poursuit avec l’arrivée des nanotechnologies, de l’informatique quantique, de la bio-informatique et des neurosciences artificielles.

 

Par ailleurs des mouvements minoritaires, d’inspiration terroriste pourront mettre la main sur certaines de ces technologies afin d’en faire des armes de destruction.

 

Le chapitre 2 décrit les facteurs d’une transformation en profondeur de l’ensemble des sociétés. La rapidité qui bénéficie aux groupes et pays à s’adapter au plus vite que les autres sera l’enjeu de ces nouveaux problèmes : saturation ou épuisement des ressources essentielles : eau potable, nourriture, espace habitable (mégapoles foyer de toutes les explosions) réticulation ou la mise en réseau potentiel de tous les opposants (altermondialiste, groupe du type al Quaida)« peur, haine et désespoir à ceux qui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *