chargez les images pour voir la photo
chargez les images pour voir la photo

Bonjour Bertrand et merci de m’accorder cet entretien pour Mon Capitaine.

Tu es maintenant Vice président pour les ressources humaines chez L’Oréal et ton parcours dans ce grand groupe est assez édifiant en termes de management et d’appréciation des manager d’aujourd’hui. Merci d’avoir pris le temps de partager avec mes lecteurs les quelques conseils que tu peux tirer de cette expérience.
Pour accéder à l’entretien avec Bertrand, il faut cliquer ci dessous:

Mon Capitaine: Pour toi, quel est l’événement le plus marquant de ta carrière?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: C’est quand j’ai été envoyé en Turquie à 28 ans à la tête d’une centaine de personnes alors que j’avais jusque là dirigé 3 ou 4 personnes. Cette mise en situation plutôt brutale a été très enrichissante. J’ai en particulier été frappé par la très grande diversité des personnes avec qui je travaillais. J’ai trouvé que cette diversité de profils et de responsabilités était d’une richesse impressionnante.
Ça a été pour moi l’événement le plus marquant et le plus formateur de ma carrière.

Mon Capitaine: Quelle a été ta plus grande difficulté pendant cette expérience?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: Pour moi, la plus grande difficulté a été de créer de la proximité. Créer de la proximité parmi 100 personnes, ce n’est pas aussi facile qu’avec 3 ou 4 personnes qu’on peut rencontrer tous les jours. Quand on a que quelques personnes, c’est plutôt facile de créer de la proximité, mais quand les gens sont éparpillés, et nombreux, c’est beaucoup plus difficile.
La solution? Faire des petites réunions d’information par petite équipe, essayer de faire des entretiens individuels, et puis surtout, il faut aller sur le terrain. Trop souvent, je vois des manager qui ne vont pas sur le terrain et qui pensent être au fait des problèmes et difficultés de leurs équipes uniquement parce qu’ils ont écouté des gens parler des problèmes des autres.Il est réellement important de se confronter au problème et à la personne qui la vit au jour le jour. En fait, le plus important pour un chef, c’est de se rendre compte des problèmes des gens par soi même. Parce que quand on vit le problème, ce n’est pas la même chose que quand on nous le raconte.

Mon Capitaine: Après avoir fait cet état des lieux, qu’est ce qu’il faut faire?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: En fait, ce processus peut prendre plusieurs mois. Tu ne peux pas avoir fait le tour de la question en une semaine. Après avoir fait cet état des lieux et être allé sur le terrain, il est important d’expliquer là où on veut aller. Il faut avoir une vision pour son équipe et surtout, il faut la partager.

Mon Capitaine: OK, et après avoir identifié sa vision et l’avoir communiqué, qu’est ce qu’il faut faire.

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: Il faut identifier rapidement ceux qui adhèrent et ceux qui sont plus lents. Il ne faut pas hésiter à se séparer des gens qui n’adhèrent pas. Je ne parle pas là d’opposition. Il y a des oppositions qui sont constructives et il faut savoir les gérer. Et c’est grâce à une bonne capacité de discernement qu’on y arrive. Je parle là d’une des grandes qualités du manager. C’est cette capacité de discernement qui permet aussi d’éviter de s’entourer de béni-oui-oui. Il est important de s’entourer de personnes qui adhèrent, mais il ne faut pas que ces personnes aillent droit dans le mur avec vous et avec de l’élan!
Cette capacité de discernement est aussi valable pour prendre des bonnes décisions.

Mon Capitaine: Justement, est-ce que tu as une bonne recette pour prendre des bonnes décisions?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: Écouter, contrôler quelques éléments et avoir de l’intuition… et si on prend la mauvaise décision, il est important d’avoir l’humilité de reconnaitre ses erreurs et aller de l’avant.
Le secret pour bien discerner, c’est l’équipe qui vous entoure. Plus les gens qui vous entourent sont des gens de qualité, plus c’est facile de discerner. Plus ce sont des crétins, plus c’est compliqué. Le truc, c’est qu’il faut se constituer une équipe de choc en qui vous avez entièrement confiance.
C’est pour cela que je reviens sur mon point précédent: il ne faut pas hésiter à se séparer de quelqu’un qui ne va pas dans le même sens.

Mon Capitaine: Justement, est-ce que tu as un bon conseil pour se séparer de quelqu’un?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: Tout d’abord, il est important de se renseigner sur la personne en question. Avec qui elle a travaillé précédemment et quel est l’avis des chefs qui l’ont côtoyée.
Il est important de créer un consensus pour être sûr que vous êtes en train de se séparer de la bonne personne.
Ensuite, une fois que votre décision est prise, il faut aller de l’avant avec le contexte légal. C’est compliqué et j’ai souvent vu des managers qui, sans doute par facilité, mais aussi par manque de courage, ne passaient pas à l’action et préféraient mettre quelqu’un au placard plutôt que de se séparer de lui.
Une des grandes qualités du manager, après le discernement, c’est le courage.
Évidemment, avant d’enclencher une procédure de licenciement, il est important d’avoir donné des avertissements préalables. Il faut aller vite, très vite dans les premiers signaux. Ça évite de perdre du temps aussi bien pour le manager que pour la personne concernée.
Évidemment, ce que je viens de dire fonctionne aussi bien dans les deux sens, si on décèle le potentiel d’une personne, il ne faut pas hésiter à la booster.

Mon Capitaine: Est-ce que tu as un conseil en organisation à partager?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: Toujours commencer par ce qu’on a le moins envie de faire. Commencer par faire ce qui nous plait le moins.

Mon Capitaine: Quel est le personnage historique qui t’a le plus marqué?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: Sans hésiter : Nelson Mandela
Je viens de passer quelques années en Afrique du sud et j’ai été impressionné par le personnage de Nelson Mandela. J’ai eu le privilège d’être présent lors de ses funérailles devant le plus grand parterre d’hommes d’Etats que le monde ait pu réunir en un seul lieu.
C’est un homme extraordinaire qui continue d’inspirer des milliers de personnes.
chargez les images pour voir la photo
Nelson Mandela

Mon Capitaine: Est-ce que tu as une citation que tu apprécies particulièrement et que tu souhaites partager?

Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: « asinus asinum fricat » littéralement: l’âne frotte l’âne… concrètement: les ânes fréquentent les ânes.
Et c’est aussi valable dans l’autre sens…

Mon Capitaine: Merci beaucoup Bertrand pour cet entretien constructif. Je pense que mes lecteurs apprécieront ces bons conseils.

Le mot de la fin?
Bertrand de Laleu, VP/RH L’Oréal: « La proximité ! »
Recherches utilisées pour trouver cet articlebetrand de laleu genealogie,

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *