entretien
Dans le précédent article, je vous ai donné des exemples de phrases qui peuvent servir à lancer la conversation sans prendre le contrôle la première partie du 1 à 1 qui est consacrée au collaborateur.Comme l’objectif du 1 à 1 est de construire et consolider la relation avec le collaborateur, il faut éviter les phrases où on sent ce que vous voulez dire sans le dire, les lapsus révélateurs.

Vous pouvez conclure sa partie avec une phrase du genre : « Merci, est ce que tu as d’autres choses à rajouter ? », s’il vous répond qu’il a tout vu, vous pouvez lui dire : « À mon tour alors, j’ai quelques questions à te poser. »

Vous contrôlez votre partie, donc elle peut concerner le travail. Il ne faut pas qu’il pense que vous vous empêchez de parler de travail pour construire la relation. C’est normal de parler travail car vous êtes dans un cadre professionnel. Il ne faut pas non plus qu’il ait l’impression de ne pas avoir le droit d’en parler.

Cela dépend de vous ensuite si vous voulez parler de votre vie personnelle.

C’est vrai que le 1 à 1 est l’entretien du collaborateur mais cela ne vous empêche pas de leur rappeler régulièrement l’objectif du 1 à 1. Pour résumé, il faut faire attention à ne pas orienter progressivement le 1 à 1 à votre manière.

L’écoute

Quand je parle d’écoute, il faut s’intéresser à ce que le collaborateur dit et ne pas se contenter de rester immobile. Vous pouvez le relancer avec des questions.

Vous ne prenez pas le contrôle mais vous montrez votre intérêt.

Plus vous connaitrez vos collaborateurs même sur l’aspect privé plus la relation que vous avez avec eux se passera bien. Il ne faut pas penser que c’est obligatoire de parler vie privée mais il ne faut pas non plus se sentir gêné quand elle est abordée. Si votre collaborateur en parle c’est un bon signe de fonctionnement au niveau de la communication.

Et à la longue? Risques? Avantages?

Est-ce qu’on aura encore des choses à se dire après 6 mois de pratique de 1 à 1 ? Au bout de 6 mois de pratique de 1 à 1,
• Vous aurez construit une relation forte avec chacun de vos collaborateurs.
• Ils vont se rendre compte qu’ils savent plus de choses sur l’entreprise par votre intermédiaire,
• Ils comprendront mieux leur environnement de travail,
• Ils comprendront mieux la façon dont vous leur demandez les choses,
• Ils vont avoir une meilleure perception du sens de leur travail et c’est très important pour la motivation.
• Vous allez vous rendre compte que les gens se posent moins de questions et que vous maitrisez mieux la communication.

Une fois que vous avez réussi à obtenir ce résultat, le 1 à 1 va être plus détaillé, plus précis et plus structuré. Je pense que certains managers ont peur de faire du micro-management. Je tiens par cet article à les rassurer. Je pense que vous aurez toujours des choses à vous dire.

Qu’entend-on par micro-management ?

C’est un peu la personne qui veut tout contrôler, prendre toutes les décisions à la place de ses collaborateurs et savoir ce qu’ils font à la minute près, ce n’est pas le cas avec le 1à1. Au contraire vous donnez l’occasion à votre collaborateur de faire son reporting toutes les semaines. Personnellement, je n’ai jamais rencontré l’écueil du micro-management. Plus vous savez ce que vont faire vos collaborateurs mieux c’est. Le micro-management freine votre collaborateur.

La fréquence hebdomadaire peut donner l’impression que vous faites du micro-management mais c’est tout à fait le contraire.

Le rôle du manager:

En tant que manager, vous devez savoir exactement en quoi consiste le métier de chacun de vos collaborateurs et dans quel environnement ils évoluent. Pour résumé, le micro-management consiste à n’accepter qu’une seule chose pour obtenir un résultat.

Cependant, pour éviter ce fameux micro-management, on a tendance à confondre la délégation et le non contrôle. Ce n’est pas parce que vous déléguez quelque chose que vous n’êtes plus responsable de ce travail. Comme le manager est responsable du résultat de son équipe, il faut accepter qu’il ait un droit de regard sur le travail délégué. Pour revenir à la question, au bout de 6 mois de pratique, vous aurez encore des choses à vous dire et de plus en plus même. J’insiste sur le fait que le 1 à 1 évite le micro-management.

En réalité

La dernière partie du https://mon-capitaine.com/le-meilleur-outil-de-management/, vous allez l’aborder une fois sur 5 ou sur 10. La partie de l’avenir, est celle au cours de laquelle on peut prendre du recul.

Lui poser une question sur son plan de carrière par exemple.

Leur poser une question comme: « Tu te vois où dans 2 ans? » n’est pas dangereux, c’est même plutôt positif. Ce n’est pas parce que vous lui avez posé cette question que lui à son tour se la pose. Ce n’est pas une remise en question de sa présence dans l’équipe.

De plus, je pense que tout manager préfère savoir ce que son proche collaborateur veut faire dans 2 ans que de s’en rendre compte dans 2 ans quand il le dira. C’est aussi dans cette partie que vous pouvez parler du coaching, qui est l’un des outils fondamentaux de la méthode.

Le coaching

Le coaching consiste à améliorer les compétences du collaborateur sous la supervision du manager. Cela ne veut pas dire que vous êtes le formateur car le 1 à 1 n’est pas une séance de formation mais vous avez repérer tous 2 un point d’amélioration nécessaire et vous supervisez la progression de votre collaborateur. C’est le moment de faire du feedback sur le sujet du coaching.

J’ai fini la description de toutes les parties que je rappelle : 10 minutes pour le collaborateur, 10 minutes pour vous et 10 minutes pour l’avenir.

Dans quel endroit faire le 1 à 1 ?

Le 1 à 1 n’est pas un entretien public. C’est comme le feedback, c’est une relation individuelle avec votre collaborateur. Ce n’est pas une réunion de groupe. Mais dire que ce n’est pas public ne veut pas forcément dire que c’est secret. Ça veut dire que vous pouvez faire 1 à 1 dans un lieu public mais en le menant comme une conversation privée. L’idéal pour 1 à 1 est de le faire en tête à tête dans un bureau fermé, tranquille sans interruption, etc., mais ce n’est pas toujours le cas. Vous pouvez le faire à la table du réfectoire en dehors des heures de repas par exemple. Vous pouvez le faire dans un bureau paysagé mais en vous assurant que tout le monde n’entende pas la conversation. Quelque fois il suffit de ne pas parler trop fort. Vous pouvez le faire n’importe où tant que ça respecte la tête à tête et que vous n’êtes pas interrompus.

Dans le cas où votre collaborateur et vous n’êtes pas physiquement sur le même lieu de travail, vous pouvez faire les 1 à 1 à distances par Skype, par téléphone, etc. Ce n’est pas l’idéal mais c’est mieux que de ne pas en faire du tout. Les règles restent les mêmes même à distance : vous ne devez pas répondre au téléphone, aux mails, etc. C’est aussi pour cette raison que je vous conseille de prendre des notes parce que cela vous aide à avoir une histoire et cela montre à la personne que vous l’écoutez. Mais ne prenez pas des notes électroniques. Ça marche si vous prenez les bonnes dispositions même si ce n’est pas optimal. Les webcams sont utiles, il faut réduire les éléments perturbants.
J’ai fait le tour sur le https://mon-capitaine.com/le-meilleur-outil-de-management/. Vous avez les méthodes pour bien démarrer. Je viens de vous faire un petit rappel rapide mais qui ne remplace pas tous les articles que j’ai écrit sur le sujet, parce que j’ai donné pas mal de détails.

Petits rappels bien utiles:

• Le 1à1 c’est l’entretien de votre collaborateur pour votre collaborateur, il doit se faire avec chacun de vos collaborateurs.
• Un collaborateur se définit de la manière suivante, c’est une personne qui vous est directement rattachée au niveau hiérarchique.
• Vous programmez les entretiens pour toute l’année en avance. Il dure une demi-heure : 10 minutes pour votre collaborateur, 10 pour vous et 10 pour l’avenir mais chaque partie est prioritaire sur la suivante.
• Dans les faits vous n’évoquerez que rarement la dernière partie. Un 1 à 1 ne se supprime pas, il se décale, il peut se faire au téléphone, c’est un entretien privé qui peut se faire dans un lieu public.
• Les 1 à 1 se font avec tout gadget électronique éteint et vous devez prendre des notes manuscrites pendant les 1 à 1 surtout pendant la partie de votre collaborateur parce que cela vous oblige à écouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *