dominant
Si vous avez fait le test de personnalité DISC et que vous êtes Dominant, voilà quelques conseils qui pourront vous aider.

Les points forts sont différents selon chaque profil. Il y a 3 conseils importants et un point préliminaire à savoir :

Ne croyez pas que votre patron est un D parce que c’est votre patron. Il faut plus d’observation pour déterminer son profil.

Le premier conseil c’est ne tuer pas la poule aux œufs d’or.

Faites connaissance avec votre équipe. Les D placent le résultat avant le relationnel, cela peut être un problème si cette attitude est poussée à l’excès. Les D ont tendance à tuer la relation à terme pour avoir plus de résultats immédiats. Ça marche en début de carrière.

Plus vous avancez dans votre carrière, plus le relationnel sera important parce que vous aurez de moins en moins de temps pour faire les choses directement. Vous devez de plus en plus compter sur les autres pour vous aider à réussir. C’est souvent là que ça se passe mal pour un D.

Il y a beaucoup de D qui sont poussés par leur profil vers le succès dans un premier temps et après leur profil les pousse ou ils se poussent eux même vers la limite des compétences. Ils en demandent toujours plus. C’est dangereux parce qu’ils changent de société à chaque fois qu’ils arrivent à cette limite et en réalité ils n’évoluent jamais. Il faut connaitre votre équipe et cultiver un vrai relationnel avec eux pour éviter ça et pour se rendre compte de ce qu’ils vivent. Pour cela, il faut passer du temps avec eux. Le premier outil du manager, le 1 à 1 est parfait.

Le deuxième conseil : ce qui s’applique avec les gens de votre équipe s’applique également avec les gens en dehors de votre équipe.

Les D ont tendance à oublier les autres même s’ils ont compris la nécessité de cultiver la relation avec l’équipe. Ce n’est pas un jugement de valeur, c’est parce que les D sont motivés par les résultats. L’important est d’investir du temps avec vos collègues et pas seulement avec votre équipe.

Troisième conseil : comprendre que la vérité et le relationnel ne vont pas toujours ensemble.

Quelque fois, il faut savoir être politique dans la vie. Il faut être plus diplomate. Il y a une différence entre penser, dire et faire. Toute vérité n’est pas bonne à dire et il y a plusieurs vérités. Les D pensent souvent que s’ils le pensent c’est que c’est la vérité. C’est leur erreur de base. Il y a une manière de dire les choses.

Petite description simple pour identifier un D ou savoir si vous en êtes un.

Voici une description brève qui vous permettra de vous dire vous-même si vous êtes un D ou non ou d’identifier les autres. C’est important de savoir comment les autres fonctionnent. Un dominant c’est quelqu’un de très direct, assertif parfois agressif. Il prend les gros projets dans une entreprise. Il ne passe pas du temps à s’inquiéter de ce que les autres peuvent penser de lui. Il met en oeuvre les choses rapidement. Il n’a pas de problème quand c’est chaotique, cela ne lui fait pas peur. Il n’a pas d’hésitations à franchir la ligne ou transgresser les règles si ça lui permet d’aller plus vite au résultat. Il est parfois dur avec les sentiments des autres. En général, il croit que tout ce qu’il pense à propos de lui s’applique aux autres. Ils sont plus nombreux à être à la tête des différentes organisations dans l’entreprise que les autres profils. Ils aiment dire : «on ne fait pas d’omelettes sans casser les œufs ». Ils aiment simplifier.

Concernant votre boss…

Pour revenir à ce que j’ai cité plus haut qu’il ne faut pas croire que votre patron est un D. Il faut faire attention, ce n’est pas parce qu’il est votre chef qu’il est obligatoirement un D. En général c’est 40 % des managers qui sont D. C’est vrai qu’un patron a des attitudes de D parce qu’il a le pouvoir et que vous le savez. Il a également la capacité d’arriver à ses fins en utilisant des raccourcis, en étant plus direct. Il doit faire du feedback négatif pour vous aider à vous améliorer. Donc vous pouvez penser qu’il est un D parce qu’il a les caractéristiques d’un profil D. Il ne faut pas aller trop vite, ce n’est pas le cas. On a plus de résultats à influencer les gens qu’à les contraindre. C’est un principe de base que le D doit comprendre, mais qu’il a du mal à comprendre. Pour savoir si votre chef est un D, regardez comment il agit lorsqu’il est avec ses collègues, c’est-à-dire les personnes sur le même niveau hiérarchique que lui. Vous risquez d’être surpris.

Ne tuez pas la poule aux œufs d’or ?

Les D croient qu’ils devraient faire un choix entre les résultats et les personnes, ils sont connus pour ça. La première chose qu’ils ont en tête lorsqu’ils doivent passer du temps avec un collaborateur c’est qu’ils ne bossent pas. Ils ne prennent pas forcément le temps de célébrer les succès. Ils n’aiment pas analyser les échecs. Ils oublient totalement que le succès ne fonctionne d’une manière durable que si on a un bon relationnel avec les collaborateurs. Mieux connaître votre équipe vous permettra d’être meilleur. Lorsque vous investissez du temps pour les gens, ils ont envie de faire plus pour vous. Un autre avantage à fréquenter les collaborateurs et passer du temps avec eux, vous connaîtrez leur point fort et leur point faible. Vous pouvez ainsi apprendre à déléguer à la bonne personne selon les compétences. Souvent un D a tendance à reproduire ce qu’ils ont connu. Ça ne veut pas dire que c’est la bonne méthode.

Si vous êtes un D, vous êtes quelqu’un qui fait passer les résultats avant les personnes. C’est votre tempérament, votre manière de réfléchir, je ne le remets pas en cause. Seulement cela peut être destructeur parfois. Il y a des conseils et astuces pour éviter cela. Ce qui est problématique c’est les personnes de profil D plaisent aux patrons parce qu’ils aiment la capacité à aller directement au résultat. Ça vous donne encore plus de raison d’aller au résultat et oublier le relationnel. Vous entrez dans une organisation donc vous devez cultiver votre relationnel.

Voici quelques outils à utiliser pour développer le relationnel :

– Le “>1 à 1, c’est valable pour tous les profils et pas seulement pour le D. C’est un entretien en tête à tête de 30 minutes par semaine, toutes les semaines avec les collaborateurs. C’est programmé à l’avance et à faire en permanence. Le temps investi en 1 à 1 vous donnera plus en retour. Vous serez moins interrompu dans votre travail. Il a pour fonction de construire une relation avec votre collaborateur mais il procure d’autres avantages intéressants également à côté. Ça vous permet de gagner du temps mais les résultats mettent un peu de temps à se concrétiser. C’est la différence entre le long terme et le court terme.

Si vous voulez un résultat tout de suite, il n’y a qu’une option, c’est travailler plus et faire travailler plus vos collaborateurs en les contraignant. Vous obtiendrez des résultats à court terme mais vous ne tiendrez pas le rythme ni votre équipe non plus.

Si vous voulez des résultats long terme, il n’y a pas d’autres méthodes que de construire patiemment votre relation avec vos collaborateurs.

C’est à vous de choisir entre l’immédiat en tuant la poule aux œufs d’or ou le long terme en passant par du bon management. C’est plus profitable d’investir sur votre équipe.

Il y a des conseils spécifiques pour faire le 1 à 1. Le but de l’entretien est de construire une relation en laissant parler le collaborateur et en l’écoutant. Le D risque de détourner le 1 à 1 à sa manière et dire que l’objectif du 1 à 1 est d’augmenter la pression et vérifier que le travail est fait. Ça va être dur dans le sens qu’il a du mal à ne pas interrompre, à ne pas dire ce qu’il pense.

Vous ne devez pas interrompre votre collaborateur durant son temps de parole, lorsque votre tour viendra, efforcez-vous de poser des questions ouvertes pour les inciter à expliquer davantage et à apprendre plus. C’est pourquoi il faut le faire toutes les semaines et que ça doit être votre priorité. Ce n’est pas compliqué il vous faut juste de la patience.

– Il faut investir du temps pour les personnes autres que les collaborateurs. Rien ne peut remplacer la relation que vous tisserez avec eux. Le problème du D c’est qu’il ne sait pas travailler en équipe, il ne voit que ce qui l’intéresse et on n’a pas forcément envie d’aider une personne pareille. Dans le long terme ça ne marche pas.

La définition de la collaboration c’est de travailler ensemble.

Vous pouvez mettre en place 1 à 1 avec les collègues pour tisser les relations avec eux. Ça vous permettra de les laisser parler et de vous coordonner avec eux. Ce n’est pas évident mais au début vous pouvez trouver un prétexte pour démarrer la relation avec eux. Ça cultive les relations transversales entre équipes. Vous évoluez dans un environnement humain et en général on aide les personnes qu’on apprécie même si on n’a pas les mêmes idées. Il est important de ne pas oublier que vous n’êtes pas leur patron quand vous faites l’entretien. Il faut que vous fassiez attention à votre discours.

Il ne faut pas dire tout ce qu’on pense. Un D pense que tout est bon à dire sauf qu’il y a plusieurs vérités. Dire la vérité peut également parfois vous causer des problèmes. Vous pouvez penser ce que vous voulez, personne ne peut vous l’empêcher seulement, ça a des conséquences à partir du moment où vous le dites sinon ça risque de vous tomber dessus. Il faut toujours penser comment les autres vont le prendre.

Apprenez à aider et à être sympathique parce que c’est la bonne manière de se comporter en entreprise.

Pour résumer, vous avez besoin des autres pour réussir surtout dans le long terme, vous ne pourrez pas prendre plus que ce vous donnez. Le seul moyen de réussir c’est d’investir sur les autres et apprendre à travailler avec eux. Pour ça vous n’avez pas d’autres moyens à part cultiver des relations. D’abord avec votre collaborateur, c’est le rôle du 1 à 1 mais aussi avec vos collègues. Sinon vous serez condamné à changer de structure ou d’entreprise une fois que vous avez montré que vous ne savez travailler qu’en imposant et en épuisant les autres autour de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *