ordre-dans-les-blés---Si-Longworth_2

Cliquez ici pour savoir comment structurer votre mission difficile.

… Et structurer des ordres clairs.

Comme souvent, je m’appuie sur des outils simples de la formation initiale des cadres militaires pour booster les relations de commandement/management.

Dans cette formation, on parle de l’ordre initial dans lequel on synthétise tout ce qui doit être dit pour la réalisation d’une mission. Cet ordre, j’en ai déjà parlé dans plusieurs articles, on peut (il faut) le décliner à la vie quotidienne. Il s’agit du SMEPP.

Situation / Mission / Exécution / Points particuliers / Place du chef.

Vous trouverez un développement de ce canevas en fin d’article.

J’en parle aussi dans cet article :

Pourquoi et comment faire un séminaire de commandement

Pour les milis, si vous voulez aller plus loin, vous pouvez consulter cet article :

La tactique, c’est facile.

 

Bref, je vous conseille le SMEPP pour formaliser ce que vous avez à faire. C’est une bonne pratique qui n’est pas facile à mettre en place (parce qu’on est paresseux), mais qui vaut vraiment le coup.

 

carte-expliquée---4-Cdn-Div-4-Div-CAPour bien construire un ordre, j’ai l’habitude de faire un dessin.

Je suis quelqu’un de visuel et j’ai besoin de voir les choses. 90% des gens sont sensibles à la visualisation des choses. Ça vaut donc le coup de se pencher sur cet outil.

Dans l’armée, on utilise souvent une « caisse à sable ». Non, ce n’est pas pour faire des pâtés, mais bien pour expliquer une mission.

Vous pouvez avoir une vraie caisse à sable, mais vous pouvez aussi faire un schéma sur une grande feuille de papier pour y mettre toutes les composantes de votre mission.

Si vous devez déplacer des choses, il faut que ces choses soient amovibles. Vous pouvez prendre les jouets de vos enfants ou des trucs plus sérieux, mais comme un peu de fun n’a jamais fait de mal, n’hésitez pas à mettre des jouets sur la table.

Par exemple, vous devez organiser un séminaire (de commandement ou pas) dans un endroit qui n’est pas sur base.

Pour utiliser le schéma que vous aurez fait de la mission, vous avez besoin d’y faire figurer les grandes lignes, les flux logistiques, les contraintes.

Ensuite, vous prenez la mission comme si elle venait de commencer, et vous faites ce qu’on appelle un « Rehearsal », un « re-jeu ».

Vous devez avoir une main courante sur laquelle vous notez heure par heure (voire minute par minute) ce qui doit se passer.

Vous avez aussi un papier avec toutes les contraintes qui s’ajoutent au fur et à mesure du déroulé fictif de la mission.

Ainsi, de cette façon, vous arriverez à avoir une vision globale précise de ce que fait chacun, des contraintes et des besoins que vous avez et des demandes que vous devez faire.

Après, vous mettez tout ça en forme sous le format SMEPP et vous avez terminé de préparer votre mission. Conservez votre dessin pour pouvoir expliquer la situation à vos subordonnés ou à votre chef. Un beau schéma vaut mieux que de longs discours.

 

J’ai trois conseils TRÈS importants pour faire de votre explication visuelle une réussite.

Qui n’a jamais été énervé par une présentation PowerPoint avec un schéma hyper complexe, avec des flèches dans tous les sens et des annotations partout qu’on vous balançait à la figure d’emblée ?

Conseil numéro un :

Commencez par un schéma le plus simple possible.

Ne faire figurer sur votre schéma initial QUE le baptême terrain. C’est quoi le baptême terrain ? C’est le nom des lieux (physiques ou virtuels) de ce que vous avez à exposer. C’est la description factuelle du lieu de la mission.

Conseil numéro deux :

Faites évoluer votre dessin/schéma/caisse à sable au fur et à mesure du canevas SMEPP que vous avez préparé.

Exemple : vous aurez la tentation de présenter les interlocuteurs dans la présentation de votre dessin avec le baptême terrain. hé bien non ! cette phase se déroule dans le paragraphe situation (ennemis / amis)

Conseil numéro trois :

Faites d’autres schémas avec des zooms si besoin. Vous devez présenter TOUS vos schémas dès le début. Pour éviter de vous éparpiller lorsque vous faites le déroulé.

 

Je développe/explique ci-dessous le canevas SMEPP

Situation / Mission / Exécution / Points particuliers / Place du chef.

 

Situation

Situation générale et particulière, données démographiques, politiques, environnement.

situation des amis, ennemis, interlocuteurs

Menaces particulières, contraintes et impératifs.

 

Mission

Quelle est la mission ? Quel est le problème/sujet à traiter ? Forcez-vous à la formuler de manière concise et précise. C’est souvent le plus important.

 

Exécution

Comment vous comptez accomplir votre mission. suivez le canevas ci-dessous :

« Je veux avoir un effet sur un ennemi sur un terrain avec un délai »

Cela vous forcera à déterminer quel effet vous voulez avoir sur quelle partie de votre ennemi, à quel endroit et avec quel délai.

En fait votre « je veux » c’est le point clé qui, s’il est réalisé, vous permet d’accomplir votre mission.

Je prends deux exemples.

Vous avez un projet.

Votre mission est de réaliser un séminaire avec tous les chefs éparpillés sur plusieurs emprises pour tel délai.

Après analyse du paragraphe situation, vous pouvez dire que le point clé de réussite de votre mission, c’est d’avoir un lieu qui puisse accueillir le séminaire.

Votre « je veux » ressemblerait à cela :

Je veux avoir créé un partenariat avec tel hôtel dans telle ville pour tel délai.

autre exemple (plus pour les milis) :

Vous avez reçu pour mission de vous emparer d’un carrefour.

Votre je veux pourrait ressembler à cela :

Je veux avoir pris possession de tel mouvement de terrain (la colline qui domine mon objectif) en ayant détruit tant d’ennemis à tel endroit et tel endroit pour tel délai.

Plus vous vous engagez sur le nombre et le lieu, plus vos subordonnés auront de repères précis pour guider leur action.

Le « je veux » peut se décliner dans TOUTES les situations hors tactique.

 

Après avoir déterminé votre « je veux » le plus précisément possible (Vous avez compris que c’est important) vous devez le décliner en trois temps :

Donner les trois temps de l’exécution :

T1 préparation (donner le délai)

T2 exécution (donner le délai. la fin correspond au délai de votre « je veux »).

T3 exploitation (donner le délai. la fin correspond au délai imparti par votre mission).

EMD (en mesure de… faire qqch.)

 

Points particuliers : 

Tous les cas non conformes répertoriés. Toutes les menaces particulières qui n’auraient pas été traitées. Toutes les conduites à tenir. Toutes les mesures de coordination. Toutes les contraintes logistiques. toutes les infos du réseau radio

 

Place du chef :

Le chef de la mission est où ?

Comment est-il joignable ?

Si vous souhaitez que je développe davantage cet article, merci de me le notifier dans les commentaires.

Crédit image : Si Longworth
Recherches utilisées pour trouver cet articlesmepp, ordre initial smepp, exemple dun ordre initial, ordre initiale,

Comments

  1. Bonjour Rodolphe,

    Je viens de regarder et lire tes articles… C’est la plus chose que j’ai pu lire depuis longtemps…Il y a plein de conneries sur le web… Mais là tu me réconcilie avec cette poubelle. Tes articles et vidéo sont excellent… Je vais en instruire mes garçons…

    J’aimerais beaucoup que tu fasse cet article (étude de cas ) sur le MEPP…

    J’adore ce que tu fais et c’est applicable dans l’immédiat…Il faudrait que tu développe un index de tes articles pour que l,on puisse te suivre correctement…

    C’est très formateur…

    Merci beaucoup

    Georges

    1. Merci Georges pour ton commentaire. Je fais déjà des études de cas dans mes formations (je fais des formations pour les entreprises) et ç’est compliqué de résumer tout cela en une vidéo.
      En revanche, je vais davantage structurer mon blog pour le rendre plus « lisible »
      Au plaisir de te lire à nouveau.
      Rodolphe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *