largage-aerien

Cliquez ici pour connaitre truc applicable facilement et rapidement.

Et que ça profite à tout le monde.

Si vous avez déjà organisé un exercice grandeur réelle avec votre unité, vous avez mesuré toute la difficulté de faire comprendre à tous la finalité de l’exercice, pour que l’entrainement profite vraiment à tout le monde.

largage-aerien2Pour illustrer ce que je vais dire, je vais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée.

J’étais en mission avec ma compagnie et j’ai monté un exercice de niveau Sous-Groupement-Tactique-Interarmes (SGTIA : 200-350 personnes pour les non initiés) pour faire travailler une de mes sections.

L’environnement était très riche et l’animation était faite par des opérateurs radio qui devaient déclencher des incidents à temps ou sur ordre.

Bref, j’étais content de mon super exercice. J’ai donné mes ordres longtemps à l’avance, avec une super caisse à sable (vous pouvez lire l’article où je parle de ce super outil : lien vers « Comment réussir une mission difficile ? ») et le jour de la mise en œuvre de mon super exercice, ça n’a pas marché aussi bien que je l’aurais aimé. Et là, le chef qui était venu voir mon exercice m’a dit ceci.

Rodolphe, si tu veux vraiment que ton exercice fonctionne, il faut que tu fasses une
répétition en réel avec tes cadres. La veille, tu vas faire une reconnaissance sur le terrain avec tes cadres. Tu joues le scénario en entier sur le terrain. Ils peuvent se rendre compte des difficultés de la mission, ils peuvent se concentrer sur le réseau radio. Ils n’ont personne à commander (ou alors d’autres cadres) et on peut rejouer l’exercice autant de fois qu’on veut. La troupe n’est pas là et les cadres n’ont pas la pression de l’exemplarité fasse à leurs hommes. Le lendemain, lors de l’exercice avec tout le monde, les choses vont être fluides et tout le monde va pouvoir travailler à son niveau. J’ai appliqué le conseil avec l’autre section et ça a été une franche réussite !

Pour le débriefing, je vous renvoie vers l’article les règles numéro 6 et 7 de l’article « la confiance n’exclue pas le contrôle. »

Bref, quand vous planifiez un exercice d’envergure, n’hésitez pas à le fragmenter pour qu’il soit vraiment profitable à tout le monde. 

Et contrairement à une idée reçue, occupez-vous de vos cadres en premier. C’est eux qui en ont le plus besoin. Après, vous pourrez vous en servir en relai de commandement pour vous occuper de la troupe.

Je suis preneur de votre feedback et bonnes pratiques. Partagez-les dans les commentaires.

 

Crédit image : 4 Cdn Div-4 Div CA

 

Comments

  1. Merci cher Rodolphe pour vos témoignages de miltaire en action sur le terrain qui peuvent et donc doivent aider ET éclairer tout un chacun qui veut lutter contre un  » ennemi  » comme hé pense et comme me le prouvent les évènements depuis vendredi 13…… en France comme sur notre planète globale , la terre
     » FLUCTUAT NEC MERGITUR  » c non seulement valable pour Paris et sa Région , mais POUR LE MONDE ENTIER ………..

    1. Merci Catherine pour vos encouragements. Ca fait plaisir.
      M’autorisez vous à publier votre commentaire dans la rubrique témoignages et remerciements que je vais bientôt créer?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *