changement
Le patron idéal ! Qui n’y a pas déjà pensé? Pour vous quelles sont les qualités du patron idéal? Est-ce que vous les avez? C’est important d’avoir cette réflexion pour mieux savoir ce que vos collaborateurs (subordonnés) peuvent attendent de vous.

Mais en vrai, vous ne changerez pas votre patron tout comme vos collaborateurs ne vous changeront pas. En revanche, vous pouvez changer votre relation avec votre patron.

Vous pouvez changer son mode de communication avec vous, mais il est important de savoir que c’est au collaborateur du patron de se remettre en question et de s’adapter. Votre travail c’est d’aller chercher chez lui les clés qui vont vous permettre de comprendre et de vous adapter à son comportement.

Voici les domaines où il vaut mieux connaitre votre patron :
1. Ses objectifs et ses responsabilités
2. Son mode de communication
3. Son planning et sa gestion du temps
4. Son style de délégation
5. Ses relations à l’intérieur ou à l’extérieur de l’entreprise.

1. Ses objectifs et ses responsabilités :

Tout ce que vous devez savoir sur votre patron et comment l’aider à réaliser ses objectifs et ses responsabilités.

La façon dont vous allez l’aborder dépendra de son mode de fonctionnement. Le principe est de savoir les objectifs principaux de votre patron pour savoir comment vous allez pouvoir l’aider à atteindre les objectifs qu’il s’est fixé par la suite.

Première chose à savoir : quelles sont ses responsabilités envers son propre patron ?

Qu’est-ce que son patron lui demande en termes de ventes, profit, etc. ? Sur quels indicateurs il est jugé ? Est-ce qu’il est jugé sur le CA, les marges qu’il doit atteindre, etc. ? Quel indicateur il estime comme étant le plus important ? Vous pouvez l’aborder directement sur l’ensemble de ces questions. Quel reporting on lui demande et à quelle fréquence ? Ça vous permet de mieux comprendre les choses qu’il vous demande. Comprendre ses préoccupations et ses craintes. Comprendre du coup la marge qu’il peut prendre, en particulier en termes de délais.

Vous devez obtenir ces réponses, il ne faut pas le faire de manière précipitée, mais cela va dépendre de son mode de communication. Il faut présenter les choses comme étant un changement que vous allez initier dans votre façon de travailler. Il faut rassurer votre chef et lui donner des perspectives. Il faut aborder le sujet de manière calme en lui expliquant que c’est aussi pour l’aider.

La question à lui poser c’est comment vous pouvez l’aider à atteindre ces objectifs ?

2. Son mode de communication

C’est le plus simple. Analyser son mode de communication pour obtenir des informations facilement rien qu’en l’observant et voir comment obtenir le plus d’impact dans votre relation avec lui. La méthode DISC est tout à fait adaptée. Vous n’allez pas lui faire passer le test DISC, mais en vous posant certaines questions vous pouvez avoir beaucoup de réponses déjà. Même avant le DISC, vous pouvez déjà vous demander si c’est quelqu’un qui privilégie le verbal ou l’écrit. Cela va vous aider à déterminer comment vous allez aborder le sujet, de manière verbale ou par écrit. Il ne faut pas oublier que c’est vous qui devez vous adapter et non l’inverse. Comment on fait pour détecter que quelqu’un est plutôt sur l’écrit ou sur le verbal ? La question à poser c’est ce qu’il vous appelle ou vous envoie des sms, des mails ? Est-ce qu’il est dans le bureau à côté et il vous envoie les mails ? Est-ce qu’il communique en tête à tête ou en groupe ? Etc.

Pour aller plus loin dans l’analyse de son mode de communication, je vous encourage à lire ceci.

3. Son planning et sa gestion du temps

Si son planning est mis à disposition des collaborateurs en partage (ex: calendrier partagé) il ne faut pas lui demander comment il est organisé parce qu’il peut le prendre mal.

L’objectif de cette partie c’est de savoir à quel moment vous pouvez lui parler.

C’est à vous de vous adapter à son planning personnel. Les questions à poser : quelles sont les réunions régulières auxquelles il prend part ? Quand, à quelle fréquence, avec qui ? Pas seulement celles auxquelles il vous fait participer, mais toutes les réunions. Est-ce qu’il voit son patron en direct (seul à seul) ou au cours de ses réunions ? En gros est-ce qu’il fait un 1 à 1 etc. ? Est-ce que c’est judicieux de le laisser tranquille avant ces réunions ? À quelle période de la journée est-il le plus occupé ? Est-ce que c’est un manager « porte ouverte » ou « rendez-vous » ? Est-ce qu’il est strict sur la manière dont il gère son emploi du temps ?

Le but ce n’est pas de le copier, mais trouver le mode de fonctionnement qui lui convient le mieux. Tout ce qui est dit là c’est dans les limites de la culture et du fonctionnement l’entreprise dans laquelle vous êtes.

4. Son style de délégation et de travail

Connaitre son degré d’implication, c’est savoir quel genre de retour d’information vous allez lui donner sur ce que vous faites.

Est-ce que c’est quelqu’un qui veut tout savoir ou juste savoir ce qui est important ?

Quel type de retour apprécie-t-il d’avoir?

Reçoit-il les gens en entretien individuel ou se limite-t-il à des réunions de groupe?

5. Qui sont ses relations ?

C’est intéressant de savoir avec qui il s’entend dans l’organisation. Intéressant de voir comment il choisit ses relations, les collègues sur qui il s’appuie, vos collègues qu’il apprécie, les personnes à l’extérieur de l’entreprise, ses amis en dehors du boulot, etc. ça vous aidera à mieux l’appréhender en tant que personne. Cependant, ne soyez pas trop intrusif dans sa vie.

Conclusion

Changer votre patron… un vaste programme que vous ne réussirez pas. En revanche, vous pouvez changer votre relation avec votre patron en commençant par votre propre comportement.

Toutes les méthodes ont des limites, quand vous ne pouvez pas vraiment vous entendre avec votre patron, il faut en tirer les conclusions après avoir essayé tous les conseils qu’on a donnés ci-dessus.

Si vous n’avez pas les 1 à 1 vous pouvez demander de le voir 15 à 30 minutes par semaine. Ne présentez pas cela comme un 1 à 1, mais dites-lui que cela vous aiderait à mieux travailler. S’il accepte, ne dépassez pas la limite du temps. Faites-le une fois que vous avez initié les 1 à 1 avec vos collaborateurs. Vous aurez un peu d’expérience de ce type d’entretien individuel.

Demandez-lui un retour sur vos performances chaque fin de trimestre. Il n’est pas obligé d’accepter. Autre solution: vous pouvez lui envoyer un questionnaire sur vos performances par mail. Enfin s’il ne l’accepte pas, envoyez-lui régulièrement un mail avec vos réalisations, personne ne peut mal le prendre si c’est bien formulé ou rapide à lire.

Donnez les outils à vos collaborateurs pour qu’ils puissent faire avec vous ce que vous faites avec votre patron. Facilitez-leur le travail, expliquez-leur comment vous fonctionnez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *