coaching
Le coaching est l’un des outils de base du manager. Il arrive après le 1à1 et le feedback et se met en place en suivant une procédure bien particulière.

Je vous parlerai de 3 points en introduction pour vous expliquer ensuite les 4 étapes opérationnelles du coaching à respecter si vous voulez une efficacité optimale.

Les 3 points de l’introduction :

A. Le but du coaching c’est d’encourager une meilleure efficacité
B. Le coaching est nécessaire dans notre environnement discontinu
C. Le coaching a une mauvaise réputation et c’est dommage

Les 4 étapes du coaching :

1. Collaborer pour fixer un objectif
2. Collaborer pour brainstormer sur les ressources
3. Collaborer pour créer un planning
4. Votre collaborateur agit et rend compte selon le planning

Introduction au coaching.

A. Le but du coaching c’est d’encourager une meilleure efficacité

On sait que les meilleurs managers ont tous en commun une bonne relation avec leurs collaborateurs, une communication régulière sur les performances et ils demandent régulièrement une amélioration des performances des collaborateurs. En tant que manager, vous devez augmenter la performance de votre équipe en faisant du coaching que votre collaborateur soit bon ou mauvais.

B. Le coaching est nécessaire dans notre environnement.

Vous avez une équipe à manager et vous savez que votre entreprise doit faire partie des meilleures pour survivre. Pour y arriver, vous devez faire évoluer les personnes qui composent l’entreprise. Pour faire évoluer les personnes, vous devez également leur faire progressivement un retour sur leur performance pour qu’elles ne s’éloignent pas de l’objectif. Le monde vous demande de s’adapter aux nouveaux défis. Cela nécessite une excellence opérationnelle qui est donnée par les 1 à 1 et le feedback mais aussi une capacité à évoluer, à comprendre que vous devez être les meilleurs en permanence. Pour cela vous devez arrêter de croire que vous êtes le seul facteur de l’amélioration en continu. Chaque membre de votre équipe doit être encouragé à se développer en fonction des besoins de votre équipe. Vous devez rendre le processus réel, vivant et participatif.

C. Le coaching a une mauvaise réputation et c’est dommage.

Il a une mauvaise réputation parce qu’on a tendance à s’occuper des personnes en difficulté. On ne fait pas du coaching lorsqu’on veut se séparer de quelqu’un ou parce que le département des ressources humaines nous le conseille. Vous allez devoir expliquer que le coaching s’applique à tout le monde et que c’est pour améliorer la performance. Le coaching ne va pas prendre beaucoup de temps, cela vous prendra une journée en un an (par collaborateur) parce que ce n’est pas vous qui allez former vos collaborateurs.

Les étapes opérationnelles du coaching

1. Collaborer pour déterminer un objectif

Vous allez déterminer un objectif avec votre collaborateur. Pour ce faire, vous allez décrire le comportement ou le résultat que vous voulez obtenir à une date déterminée.

L’objectif doit être mesurable et doit avoir une deadline.

La première partie est un moyen pour mesurer si la compétence est acquise. C’est un point clé. L’objectif du coaching c’est le comportement amélioré à l’action, c’est-à-dire quelque chose qui est réel et appliqué. Le coaching, concerne surtout les compétences de fond.

2. Collaborer pour faire un brainstorming sur les ressources.

C’est regarder comment parvenir à l’objectif. Vous ne devez pas vous limiter pendant le brainstorming. Il ne doit pas être lent mais il doit aborder de tout. Cela prend 5 minutes pour établir une liste des ressources potentielles. Vous ne cherchez pas la bonne solution mais toutes les solutions possibles. pour le brainstorming, je vous conseille un super méga outil: le mindmap.

3. Collaborer pour créer un planning.

Il faut créer une suite de tâches, d’étapes que le collaborateur va prendre pour améliorer sa performance. Cette liste de tâches va ressembler un peu à une liste d’objectifs, chaque action doit avoir un deadline. Il faut être raisonnable, les objectifs doivent être simples et courts.

4. Le collaborateur agit et rend compte.

À l’intérieur des tâches, il y a la partie reporting. C’est lui qui doit vous rendre compte de sa progression. Le reporting fait partie de ce qui motive votre collaborateur. C’est lui donner l’opportunité de parler de ce qu’il fait.

Le reporting ne prend pas beaucoup de temps. Vous pouvez faire autre chose pendant qu’il se forme. Le coaching se passe pendant le “>1 à 1. Si vous n’arrivez pas à la date finale, cela veut dire que c’est un échec du planning. Vous devez donc décaler le temps pour redonner une chance. Ça doit rester une action positive et vous pouvez rallonger le délai. Si en cours de route vous vous rendez compte que votre collaborateur ne fait pas 5 fois de suite ce que vous lui demandez, vous devez lui faire un feedback négatif.

Enfin le coaching ne vous prend pas beaucoup de temps. C’est 10 minutes par semaine pendant le 1 à 1. Il ne faut pas confondre le coaching et la délégation. La délégation c’est ce qui vous permet de pousser le travail vers le bas de la hiérarchie. C’est le processus qui vous permet de vous libérer du travail afin que vous puissiez vous concentrer sur l’essentiel du travail d’un manager. Le coaching doit être présent dans votre esprit en permanence. Il y a deux manières de s’améliorer : mieux faire sur ce qu’on fait ou apprendre de nouvelles choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *