tasse-de-café---Daniel-Go

Les petits « plus » pour des relations professionnelles plus cordiales.

Si vous avez un grand bureau, préparez-vous un petit coin café pour vous poser avec quelqu’un ou faire une réunion informelle.

 

lobby-très-class---Andy-À la fin de mon temps de commandement, je ne faisais plus mes réunions que dans ma salle café. L’ambiance était décontractée et ça changeait du début de mon commandement où je me cachais derrière mon bureau et où mes subordonnés étaient assis sur des chaises apportées pour l’occasion et prenaient leurs notes sur les genoux.Oui, j’avoue, j’ai été comme ça ! et le pire c’est que je n’en avais pas conscience. Ce n’est qu’avec le recul que je comprends les choses.

En fait, l’excuse que je me donnais était que la majorité des informations de la réunion se trouvait sur mon ordinateur.

 

En deux ans, jai appris à me déconnecter de mon ordinateur, et surtout à me fier aux outils de commandement que j’ai façonnés au fur et à mesure : le cahier magique, les ordres au km et le quifaitquoi. Je vous présente en détail ces trois outils dans la vidéo que vous pouvez recevoir en cliquant ici .

 

Vous l’aurez compris, avoir un espace de sérénité est très important dans votre bureau ou proche de votre bureau. Cela vous oblige à descendre de votre piédestal et vous confronter à une réalité de face à face, sans certains de vos attributs de chef. Votre bureau n’est plus là pour vous cacher. Votre ordinateur non plus. Vous devez faire des réponses avec ce que vous savez.

 

Non, vous n’êtes pas obligé de boire du café pour avoir un espace de détente. Vous pouvez y avoir du thé ou toute autre boisson chaude (le chaud rend l’ambiance chaleureuse.) L’important est de se trouver dans un espace ou les barrières hiérarchiques peuvent s’estomper. Tel que j’étais au début de mon commandement, derrière mon bureau, ça ne pouvait pas fonctionner !!!

 

Partagez dans les commentaires vos trucs et astuces. Je suis preneur !

 

Comments

  1. Ne pas oublier les sorties « cohésion », barbecues, petits déjeuners (colos ou pas!) ou activités sportives où les barrières hiérarchiques sont moins prégnantes, ne serait-ce que par la tenue. Discuter de choses et d’autres à ces occasions permet de tisser des liens. De même qu’observer les interactions peut permettre de mettre le doigt sur des choses qui nous échappaient jusque là.
    De manière générale, le fait de partager permet de combler les distances. Lorsque le chef en est l’initiateur et offre (ne pas systèmatiser cependant), cela est souvent encore plus apprécié. De la même manière, il faut savoir saisir les invitations de ses subordonnés même s’il ne faut rien en attendre de particulier.
    Enfin, ne pas hésiter à convier les extérieur au cercle habituel pour permettre les échanges quelque soit le niveau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *