garde-au-drapeau---Kmeron

Et comment utiliser le potentiel de vos subordonnés ?

À l’heure où j’écris cet article, nous sommes bientôt le 11 novembre. Vous allez défiler ou participer à une prise d’armes. Ça ne fait pas plaisir à tout le monde ces mouvements de marionnettes. Ça flatte les chefs, mais parfois, ça peut grogner dans les rangs. Vous voyez exactement ce que je veux dire, j’en suis sûr !

Hé bien, je vais vous dire comment utiliser ces cérémonies à votre avantage.

J’ai appartenu au 110e régiment d’infanterie et mon chef de corps à l’époque, a eu l’excellente idée d’organiser des parcours de tradition. C’était dans le cadre de la dissolution du régiment.

Ce que je veux vous dire, c’est qu’il ne faut pas attendre d’être dissout pour commencer à faire vivre son histoire.

Quel était le principe ?

Chaque unité élémentaire a été envoyée dans une région où le 110 a eu des faits d’armes. Et chaque commandant d’unité a organisé un raid de 110 km sur plusieurs jours (et en relai) pour faire le tour des hauts lieux de la région qui lui était attribuée. Personnellement, je l’ai fait à pied, en courant, en vélo et en kayak. et à chaque étape, nous avions une petite cérémonie dans un village (avec le maire ou son adjoint ou bien sans personne) un truc sans chichi.

Je me souviens de cette cérémonie où aucune autorité civile n’a pu se déplacer. C’était dans un cimetière militaire paumé dans la campagne.

cimetière-de-Douaumont---Olivier-CABARETOn arrive sur place et je demande à mes hommes de choisir un filleul du 110 parmi les tombes du cimetière militaire. Ma compagnie s’éparpille et chacun lit sur les croix le nom et le régiment du soldat mort pour la France. Il choisit un filleul, ancien du 110. Lecture du récit d’un combat dans la région. Minute de silence… et voilà. Nous étions seuls en pleine campagne. C’était émouvant et ça restera gravé dans la tête de mes soldats.

La tenue importe peu, car c’est l’esprit dans lequel vous faites les choses qui marque les gens.

Donc, pour votre prochaine cérémonie, faites lire à votre chef de corps cet article (ou montrez-lui la vidéo) et organisez un challenge sportif avant la cérémonie. Faites une course d’orientation par groupe avec la cérémonie en point de rendez-vous. Vous êtes la moitié de votre effectif parce que le reste s’est perdu.

mud-day---Joel-BezCe n’est pas grave, ça leur fait des souvenirs et ça vous donne d’autres leviers de commandement (j’y reviendrai dans un autre article). Je sais que vous avez de l’imagination.

Faites des trucs originaux.

Vous avez un instructeur commando dans vos rangs. Utilisez-le pour faire des choses extraordinaires. (C’est comme ça que j’ai pu faire le relai en kayak.) Le directeur de l’exercice analyse les risques et prend ses responsabilités. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi (sinon on devient n’importe qui), mais il ne faut pas être frileux. Il faut se faire plaisir.

Nous avons l’opportunité de pratiquer des sports aussi extrêmes que variés dans le métier militaire. Profitez-en à fond. Et mettez vos sub au boulot pour avoir des idées. Faites des brainstormings avec vos cadres. Je vous rassure, même vos sergents et vos caporaux-chefs savent réfléchir ! faites travailler leur imagination. Parce que sinon, vous vous rajoutez une louche de travail et mous mourrez étouffé par votre ordinateur !

Faites travailler vos sub jusqu’au plus bas échelon et mettez-les en compétition. Demandez des points de situation réguliers et vous verrez que ça avance (presque) tout seul ! Vous pouvez même leur demander d’écrire les notes de service. Vous leur donnez le canevas et vous filtrez avant de transmettre plus haut.

Grâce à ça, ils verront qu’organiser une activité n’est pas si simple et ils regarderont votre travail différemment.

En plus, vous contribuez à les former.

Prenez dans ces conseils ce qu’il y a à prendre. Adaptez-les à votre style de commandement et à vos contraintes. Mais, dans tous les cas, AGISSEZ.

SI VOUS NE FAITES RIEN, IL NE SE PASSERA RIEN.

Je suis preneur de votre feedback et de vos commentaires.




Crédit image: Kmeron / Olivier CABARET / Joel Bez
 

Comments

    1. Super CC, merci pour ce témoignage. Je suis sûr qu’ils s’en souviennent. On fait trop souvent des cérémonies pour faire plaisir à des autorités. Cela manque de sens pour les hommes. C’est au chef d’imaginer et donner du sens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *